Témoignages

Témoignages                                                                                                                                    

                A propos du stage de formation.
               D’abord invités à écrire à partir de situations variées, nous avons rapidement été amenés à réfléchir à l’acte d’écrire, à inventer nos propres propositions, à les expérimenter, les critiquer, les améliorer, et à réagir avec justesse aux textes lus. 
               Ce fut un laboratoire d’expérimentations créatives, entre pratiques joyeuses et apports théoriques, dans une ambiance active et bienveillante de mise en confiance pour la conduite future d’un atelier.

Monique, Montagnac (sept 2018)


Ce stage en hiver, dans le cadre douillet d’un gîte de pleine nature, me laisse de très beaux souvenirs. Jacqueline et Nicole nous avaient concocté des propositions d’écriture originales, stimulantes, et , avec Françoise, notre hôtesse, elles avaient prévu des balades à raquettes avec pauses pour exercer nos plumes. La visite à l’atelier d’un potier a permis une matinée passionnante .Et nous avons même eu la surprise d’une sortie de nuit réjouissante.

La soirée finale et sa fête des textes a permis de mettre en voix et en mouvement les productions réalisées  : un grand plaisir, vraiment dans ce partage joyeux.

                                                                                                                                                Raymonde, Le Haut Crêt (février 2018)


Tout d’abord encore merci pour ce stage inoubliable. L’accueil si sympa, votre bienveillance et le choix du lieu merveilleux m’ont laissé un superbe souvenir.  J’ai été gâtée toute cette semaine. J’ai trouvé intéressantes les propositions d’écriture liées aux balades et surtout celle à partir des nombreux mots désignant la neige chez les Inuits. Petite difficulté pour accéder au lieu du stage quand on ne conduit plus, mais ce coin du Jura est si calme, loin de toute agitation que c’est un privilège de s’y trouver quand le givre et la neige sont au rendez-vous.

                                                                                                                                                         Chantal, Le Haut Crêt (février 2018)


Un groupe formidable dans lequel j’ai été accueillie chaleureusement… Un partage en douceur comme les flocons de neige, des mots de cristal comme le givre sur les arbres, des rires, les repas partagés, une soirée décoiffante et improvisée, que du bonheur !

Françoise, l’hôtesse des lieux qui  s’est nourrie du passage « des mots sous la neige », Le Haut Crêt (février 2018)


Une île qui se baigne dans le ciel. Une abbaye baignée par  la mer. Un lieu magique où l’envie d’écrire vous tourmente comme une foi. Les oiseaux viennent partager votre pain et les cloches apaisantes veillent sur votre sommeil. Un stage d’écriture … hors du temps et qui vous donne le temps de réfléchir et l’envie de croire… Vous imaginez  des textes que  vous chuchotent, en fait, la brise marine et le silence et les murmures de la nature.  Une belle aventure dans un cadre merveilleux. De belles rencontres. De beaux et vrais souvenirs.   Merci !

                                                                                                                                                                                            Micheline, île de Lérens (juin 2018)


A St Fortunat j’ai retrouvé le goût d’écrire ! J’ai beaucoup apprécié le groupe, l’ équipe vivante, sensible,  attentive, la présence des animatrices :  humour et gravité, retours pertinents, ouverts.

                            Suzanne, île de Lérens (juin 2018)


Que des souvenirs que j’ai plaisir à revivre ! 

Deux animatrices à l’écoute bienveillante avec force de propositions. Un groupe joyeux et motivé. Un cadre  porteur (nous vivions et faisions ensemble le quotidien) dans une ville à adopter, voire à se créer. Des films sur le thème des Gens du Voyage. Imagination, force de création, partage et écoute des uns et des autres. Toute la dynamique a bien pris. Un souvenir de douceur aussi lié à un sentiment de travail intense. Grâce aussi aux sous-groupes et aux binômes.

J’ai trouvé que c’était une bonne conclusion, le dernier soir, la représentation théâtralisée de nos textes. La personnalité de chacun s’est exprimée devant son public. Sincèrement, j’ai eu du mal à quitter le groupe et je souhaite le retrouver lors d’un prochain stage avec Écrire en Pays !

Bénédicte, Pontarlier (octobre 2018)


Super le stage à Pontarlier, à part ma chambre qui a été l’objet de quelques mésaventures. L’équipe était très sympa comme d’habitude. Les films passionnants et bien documentés ; c’était intéressant et culturel ; bien sûr, j’ai apprécié les moments d’écriture et notamment le dernier épisode théâtral. Tout a été bien organisé par nos formatrices du début à la fin. Je me suis aussi documentée sur les portes d’entrée de la ville, j ai donc élargi mes connaissances. Un grand merci pour les qualités d’organisation des animatrices, qui précédait ce stage. Convivialité et bonne humeur ont été des moments de bonheur.

                                                                                                                                                      Françoise L. Pontarlier (octobre 2018)


Belle expérience que ce stage écriture-cinéma ! Réflexion stimulante sur les liens entre les images, les mots et la musique, propositions d’écriture inventives, riches échanges avec les animatrices et les autres stagiaires…
Vite, un autre stage
!

                                                                                                                                                     Elisabeth, Pontarlier (octobre 2018)


Le stage Carnet d’artiste à Belugo

« Nous étions six stagiaires , Christine, Janine, Josie, Marie-France , Monique et moi , dans le domaine calme et propice à la création de Belugo : en effet, les lieux où s’installer étaient nombreux et chacune pouvait trouver son bonheur quand Janine et Nicole avaient présenté l’activité du jour. Chaque proposition permettait d’allier écriture et art graphique en utilisant différentes techniques : encre, peinture, dessin, collage de matériaux divers.

Ce qui a été particulièrement intéressant ce fut la variété des démarches qui nous ont permis de cheminer jusqu’au samedi où chacune a disposé de la journée entière pour réaliser « son » carnet d’artiste. Libre alors de puiser dans les multiples matériaux mis à notre disposition par Janine pour parvenir à notre réalisation personnelle.

Et toujours les conseils au bon moment de Janine, de Nicole, leurs encouragements bienvenus et stimulants.

Découvrir en fin de journée les réalisations de chacune a été un moment très riche en surprises, en échanges .

Un stage vivifiant pour la créativité et avec , cerise sur le gâteau, une approche des spécialités culinaires de la région grâce aux talents de Janine. »

Raymonde, Montagnac (sept. 2017)


« Ce stage d’écriture fut une première pour mon fils et moi . J’ ai découvert le plaisir d’écouter les textes lus par leurs auteurs, l’étonnement devant les textes des ados fourmillant d’espoirs et la maladresse devant une boule d’argile qui m’inspira plus tard une chanson… J’ai un très bon souvenir de cette petite communauté que nous avons formée, vite solidaire et bienveillante. Je conseille cette expérience réellement épanouissante et merci encore ! »

Anne, Champ de Brand  (sept. 2016)


« Paysages et balades laissent un très beau souvenir de ce stage d’automne dans le Jura.
Merci pour avoir élu ce site et pour les propositions d’itinéraires et d’écriture qui ont stimulé notre imagination par leur diversité et leur originalité ainsi que notre faculté d’attention à l’autre et de partage .
La mémoire a plaisir à s’y replonger. »

Suzanne, Jura (oct. 2015)


« Cette semaine a été un vrai régal pour moi : régal d’écriture par des propositions originales et agréables, régal de marche avec des balades stimulant l’écriture et réjouissant le regard, régal de convivialité avec des participants tout-à-la-fois riants et sérieux, régal de détente consciente grâce aux moments centrés sur le corps… tout cela sous la guidance discrète de nos deux animatrices équilibrant à merveille exigence de leurs sujets et bienveillance pour la détente dont chacun avait besoin. »

Maryse, Jura (oct. 2015)


« Cinq jours en parenthèse
Cinq jours en apesanteur
Cinq jours en écriture, en immersion ailleurs, dans un ailleurs très proche et très lointain aussi.
Pas besoin de grandes choses ; il suffit de quelques ingrédients : de l’air, de l’eau, du soleil et du sable mélangés à de la bonne humeur, de l’attention les uns aux autres, du partage. Mettre ensuite une brassée d’écriture et l’imagination de sympathiques animatrices et déguster tranquilles pendant les longs mois d’hiver au coin du feu. Ça donnera peut-être de beaux bourgeons au printemps et sûrement des fleurs superbes l’été prochain. »

Chantal, Aix (sept. 2014)


« En septembre, je me suis offert un magnifique cadeau en participant au stage d’écriture sur l’île d’Aix. 5 jours avec un savant dosage de liberté / contrainte autant dans les propositions d’écriture que dans la vie sur l’île.
Elisabeth et Jacqueline ont su raviver en nous la flamme au bout de notre plume. J’ai senti que je progressais avec plaisir.
Et la cerise sur le gâteau : une météo de rêve !
Ce cadeau, je me l’offrirais bien une autre fois ! »

Eliane (11 nov. 2014)


« Elle d’Aix :  Une belle expérience d’écriture dans un cadre magnifique.
Chaleureuse convivialité élargie , grâce à l’accueil plein de générosité des îliens.
Détente, harmonie et plaisir ont été au rendez-vous des ateliers.
Merci aux animatrices ! »

Suzanne (11 nov. 2014)


« Ecrire dans une île si petite qu’on y a fortement la sensation de l’insularité m’a beaucoup plu. Le dépaysement était total et les propositions d’écriture, si bien adaptées aux lieux, stimulaient l’imaginaire de belle façon. Découvrir plusieurs aspects de l’île et se les approprier, en devenir familier par le biais des temps d’écriture , cette démarche tout à fait dans les objectifs d’Ecrire en Pays, a vraiment été permise pendant la durée du stage.
Cerise sur le gâteau : nous avons rencontré des îliens et bénéficié de la connaissance que Florence a de cette île où elle vit et qu’elle aime.
Pour moi, les temps d’écriture personnelle étaient ménagés avec générosité et j’ai aimé ces moments d’écriture solitaire à la terrasse d’un petit café avant de retrouver les autres stagiaires dans la salle rendue très accueillante par les tableaux de marines. Les moments de lecture, les balades, les échanges divers font la richesse de tels stages et l’attention sans faille des animatrices favorise une ambiance bienveillante où chacun peut s’exprimer sans crainte aucune. »

Raymonde (12 nov. 2014)


« Je revois Pontarlier sous le soleil, le jeune  Doubs qui l’enserre,   les canards qui se poursuivent  sur l’eau,  les bâtiments cossus  et au bout de la grande rue de la république,  les pâturages du Jura et les vaches, une ville qui ne connaît pas la crise nous a-t-on dit  … les petites rues qui nous amenaient de l’auberge de jeunesse  où nous logions jusqu’au théâtre municipal où se passaient la 75 èm » édition des  rencontres cinématographiques autour des cinémas kurdes. Nous étions des « festivaliers « un peu spéciaux notre badge portait le nom de cinécriture , ce qui entrainait une saine curiosité « vous écrivez sur les films ? »  « vous écrivez quoi? » Nous : 4 hommes et  5 femmes. Sans compter nos deux animatrices, nous avons frôlé la parité  et c’était franchement très agréable, les cinémas kurdes ne manquaient pas d’évoquer la question brulante de la condition des femmes dans les sociétés traditionnelles et nos échanges en étaient  plus animés et profonds. Nous avons écrit avant les films avec seulement  des noms de villes  ou de villages kurdes qui nous entrainaient dans des voyages imprévus, nous avons écrit juste après la projection dans le boomerang des images. Nous avons écrit loin des films, nous semblait-il,  mais nous rentrions par les rues pavées de Pontarlier la tête pleine des montagnes, des villages, des champs de blés, de neige  d’Arménie d’Irak de Syrie d’Iran, pleine aussi des destinées terribles de ces peuples et de leur humour indestructible. C’était en nous, inévitablement, une bousculade qui nourrissait l’écriture . Autre chose a été de se mesurer sur deux jours à l’écriture d’un scénario se déroulant dans la ville de Pontarlier ! comment filmer « elle se demandait si elle lui dirait bonjour la prochaine fois ? » . L’animation  était suffisamment rigoureuse et bienveillante pour que chacun s’y essaie. Autant qu’un pays la rencontre de l’écriture avec une autre activité artistique telle que le cinéma est  une très belle idée.  J’ai aimé ce stage, j’imagine combien il peut encore résonner,  j’y reviendrai. Merci à celles qui l’ont mis en œuvre. »

Babeth (11 nov. 2014)


« Jusqu’à ce séjour cinécriture Pontarlier était pour moi une ville de passage à éviter à 17 heures, tout autant les soirs de semaine quand les frontaliers rentrent de Suisse que les dimanches d’hiver à l’heure de la fermeture des stations de ski et qu’un long bouchon en encombre tous les accès.

Je ne savais pas jusqu’alors que cette petite ville du Haut Doubs pouvait devenir une annexe du Kurdistan. C’est grâce à la proposition d’Ecrire en pays que je perçois maintenant cette ville bien différemment. Je dois à ce séjour plusieurs découvertes. J’y ai beaucoup appris sur le peuple kurde dont j’ignorais à peu près tout mis à part les actualités tragiques sporadiquement rapportées dans la presse. J’y ai aussi appris un peu sur moi. M’engager pour six jours, dont quatre pleins, consacrés à l’écriture me posait question et m’inquiétait un peu. C’était une expérience totalement nouvelle et je me demandais si je ne m’étais pas engagé à la légère dans une prise de risque (et de tête) excessive.

Sur cette dernière interrogation je peux certifier, maintenant que j’ai survécu, qu’en plus j’y ai pris beaucoup de plaisir. J’en remercie les organisatrices qui avaient tout prévu pour que ce temps de rencontre soit convivial, aéré, et que chacun puisse s’exprimer dans une atmosphère bienveillante.

Maintenant même si Pontarlier reste la ville des bouchons de 17 heures, elle s’est transformée un peu en faubourg d’Irbil. Quand j’y serai bloqué avec ma voiture j’y associerai les souvenirs d’un séjour bien agréables et d’intéressants échanges. »

Jacques, Pontarlier (2014)


« Dans ce beau lieu au milieu d’arbres centenaires, Mazille a été la parenthèse bienvenue où j’ai rencontré des personnes disponibles et inspirées auprès de qui j’ai pu me laisser aller à mon imagination et pénétrer par les mots ; j’ai « découvert » que je pouvais écrire autre chose qu’un journal de voyage et que l’écriture était un travail exigeant de la disponibilité intérieure.
Créer les conditions de cette disposition, voilà ce que Mazille m’a apporté et ce que je rechercherai dorénavant.
Merci aux organisatrices pour leur écoute impartiale mais exigeante et aux participants pour leurs textes inspirés, poétiques et stimulants. En témoigne ce recueil, cadeau subtil et précieux. »

Chantal F.,  Mazille (2013)


Après coup, cette semaine passée à Mazille m’est souvent revenue à l’esprit. Pensant aux unes et aux autres, elle me nourrit. J’ai apprécié le respect et l’attention, le climat apaisé régnant entre nous,  ouvrant  sur un sentiment de liberté.

Les écritures sont magnifiques toutes empreintes d’humilité, de spontanéité et de sincérité ; ça me donne envie de continuer dans cette voie mais aussi de vous revoir pour poursuivre le chemin ébauché.

Stage en Bourgogne (2012)